Les Bineuses « Planet JR »

 

Cette bineuse est d’origine américaine elle a été développé par la compagnie Allen and CO dans les années 1900. Elle à été importée en France en 1900.

Planet Jr

Cette bineuse est réglable facilement (grâce à une manette) en largeur pour pouvoirs aller au plus prés des plantes. Elle dispose aussi d’une roue de terrage réglable aussi par manette.

Ses deux manettes sont actionnable depuis l’arrière de l’outil, se qui facilite le réglage en travaillant.

Elle est légère, simple d’utilisation et dispose d’une gamme d’outil (socle butoir, cote de melon, versoirs…) ont peut même imaginer monter des doigts bineur  pour travailler deux demis rangs (a tester).

pjr

Ces bineuses ne sont plus fabriquées à l’heure actuelle (c’est bien dommage) car presque tous les maraichers en traction animale ont ce type de bineuse qui convient parfaitement au travail avec un seul cheval.

D’ailleurs je profite de cet article pour faire un appel au constructeur de matériel de traction et autre chaudronnier, que ce n’est pas la peine de chercher à réinventer l’eau tiède… en matière de bineuse. « Les Planet JR » ont été testé, usé et approuvé par des générations de paysans…

Ces bineuses ne sont désormais plus construite et les plans sont tombé dans le domaine public.

_MG_1584
Désherbage des poireaux au pota’djé

cet outil permet de butter, sarcler des légumes et de monter des billons.

On peut regretter que le mancheron bien que réglable en hauteur et en déport, ne soit pas munie d’une crémaillère avec poignée sur le mancheron pour faciliter le retourner en bout de champ comme le sont les plumettes ou le mancheron ergonomique.

P1000738
La dernière acquisition du Pota’DJé entièrement repeinte et restauré, cette bineuse est monté pour faire du buttage.

Ces outils qui ont plus de cent ans ont traversé l’atlantique, ils étaient usés par des paysans au début du siècle, ils ont rouillé dans un jardin (à la place d’un nain de jardin), pour revenir à la terre.

Je sait pas vous mais moi cela me fait tout drôle.

Le catalogue de 1922 avec tout les outils de la gamme Planet JR est disponible ici : planet-jr-garden-tools on y trouve un nombre impressionnant de pousse pousse, semoir, bineuse, cultivateur à un ou deux chevaux.

voici quelque extrait :

pjr4

pjr2

pjr3

Les entreprises française de l’époque (Pilter, puzenat…)  ne si sont pas trompé elles ont importé ou copier massivement le modèle américain.

 

houe2
Des constructeurs français distribues la bineuse Planet JR en 1882
puzena2
page issue du catalogue Puzenat de 1921

La société Planet JR existe encore bien que rachetée elle commercialise des houes à pousser pour le maraichage, avec une large gamme d’outils et des semoirs.

double_wheel_cult38101556_std.3360135_std
Les nouvelles houe Plane JR
.

Traction animale et maraîchage un mariage organique

Traction animale et maraîchage un mariage organique

Bonjour,

Grâce à votre soutien, la collecte avance bien : déjà 44% !!

Merci beaucoup d’avoir pris le temps de lire mon projet et de l’avoir partagé avec vos amis.

Merci pour vos dons.

De savoir que vous croyez en mon projet me touche énormément.

Sachez que de mon côté, le projet progresse et occupe la majeure partie de mon temps :

– démarches administratives (démarches pour la création de l’entreprise agricole, pour la certification en agriculture biologique, et auprès de groupements producteurs pour la commercialisation future…),

– formation technique par le biais de l’ADABIO,

– rencontre avec d’autres maraîchers pour des conseils et des échanges,

– recherche et achat de matériel,

et :

– construction du poulailler mobile, le Poula’Djé, dont je vous donnerai des nouvelles très prochainement.

Dans vos emails, commentaires et autres réactions, j’ai eu plusieurs demandes d’explication quant aux raisons qui m’ont poussé à choisir la traction animale (TA), c’est pourquoi je profite de cette actualité pour vous expliquer ma démarche.

061-p5164426

Évaluation des intérêts et limites de la TA

Intérêts

  • Terre non tassée (à l’inverse du tracteur : à cause des vibrations du moteur diesel)

=> de nombreux avantages agronomiques :

  • enrichissement du sol grâce à une meilleure dégradation de la matière organique,

    vie microbienne souterraine favorisée, oxygénation, minéralisation

  • bonne infiltration de l’eau,

  • moins de mauvaises herbes,

  • travail du sol simplifié (par rapport à un sol dur et compact),

  • bon état général des cultures permettant un bon développement racinaire et donc un bon état général des cultures,

  • Allongement des périodes de travail possibles (en particulier après la pluie, dès que la terre n’est plus collante, car l’animal tasse peu le sol),

  • Travail sous serre rapide et confortable (pas de concentration de gaz d’échappements),

  • Fournisseur d’engrais organique (Pour un cheval : 3T de fumier/an),

  • Absence de pollution sonore et d’émission de gaz à effet de serre,

  • Auto-production du carburant (foin, herbe, eau),

  • Coûts de fonctionnement et d’entretien bien moins élevés qu’avec un tracteur car pas d’utilisation d’énergie fossile au coût élevé,

  • Complicité de travail entre l’animal et l’homme,

Limites

  • Soins quotidiens au cheval, sauf période de repos au pré,

  • Formation préalable nécessaire,

  • Gros travaux de printemps pouvant être plus difficiles car puissance du cheval parfois insuffisante si le travail du sol n’a pas été régulier,

  • Utilisation d’outils rotatifs pas encore possible : rallonge le temps de préparation des sols en début de saison, et rend difficile l’obtention d’un lit de semence fin sur sol limoneux,

L’idée est de faire de la ferme un lieu d’application concrète de la traction animale en maraichage. Ce travail se fera en collaboration avec d’autres utilisateurs de traction animale en agriculture : des constructeurs et des associations (Adabio auto-construction, Hippotese…) avec lesquelles je suis déjà en lien.

L’idéal serait à terme de développer de nouvelles techniques qui pourraient ensuite être vulgarisées.

Cette démarche s’inscrit dans une nécessité de construire un projet alternatif au tout tracteur.

Étant la seule énergie mécanique renouvelable, la traction animale est donc la plus adaptée au contexte de transition vers une société postpétrole.

Quelques chiffres à titre indicatif :

Graphique_1-2

Rendements

  • Pour une serre de 500 m2, le binage est effectué en 1/4 h,

  • Pour 1 ha de pommes de terre, le cheval ouvre et rebouche les raies en une demi-journée.

Source :

fao-traction-animale-vue-schematique-AGSE.pdf (2,7 Mo)

http://hippotese.free.fr/blogdocs6/technbio-pano-cout-cheval-hippotese.pdf

.