Retour d’expérimentation du porte-outils de maraîchage Bucher au Potadjé

merci à Deny d’hippotese pour se retour d’expérimentation

Voici un retour d’expérimentation du porte-outils de maraîchage Bucher au Potadjé chez Jérémy Fady avec la complicité de Ruby (Titan, le cheval de Jérémy n’était pas encore arrivé en avril). Et tout d’abord, une petite vidéo…

Montage de billons à écartement régulier, avec le Bucher :


Billonnage au Porte-outils de maraichage Bucher… par hippoteseNous avons « monté » des billons avec le porte-outils Bucher en équipant la barre porte-outils d’origine de 3 socs billonneurs (écartés de 60 cm les uns des autres). Ils n’étaient pas vraiment identiques mais celà est sans importance.


3 socs billonneurs à 60 cm les uns des autres montés sur la barre d’origine du porte-outils de maraîchage Bucher, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)

A l’aller, on utilise un sillon existant à gauche pour se guider et tracer 2 nouveaux sillons. Le sillon de droite est marqué mais reste peu profond. NB : le premier sillon de la planche a été réalisé ici avec une sarcleuse « un rangt » équipé d’un buttoir, comme il conditionne la rectitude de toute la planche et doit être réalisé avec soin.


A l’aller, on utilise un sillon existant à gauche pour se guider et tracer 2 nouveaux sillons, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)


Le sillon de droite est marqué mais reste peu profond, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)

Au retour, ce marquage permet le guidage du cheval et les 3 sillons sont alors repris et creusés à la bonne profondeur. Il faut donc un aller-retour pour faire 3 sillons. En fait, avec cette technique de culture, à chaque aller-retour on ne réalise que 2 nouveaux sillons mais l’écartement inter-sillons est vraiment très régulier.


Au retour, les 3 sillons sont repris et creusés à la bonne profondeur, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)

Le porte-brancards est monté en position extrême à gauche de façon à ce que les brancards et donc le cheval soit aligné avec la roue de gauche, la traction est donc dissymétrique, ce qui ne semble pas poser de problème si la terre est bien préparée et aussi parce que c’est le soc billonneur de gauche qui est le plus enfoncé, le soc du milieu est moyennement enfoncé et le soc de droite ne fait qu’un traçage du fait de l’inclinaison naturelle du porte-outils dont une roue se trouve dans le sillon précédent, alors que l’autre est sur le sol non encore travaillé.


Le porte-brancards est monté en position extrême à gauche, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)

Les modifications que nous avons apporté au Bucher original ou à son utilisation :

Fixation des brancards sur le porte-brancard à l’aide de demi-colliers d’échafaudage : (ou de colliers-doubles coupés). Les colliers d’échafaudage sont habituellement en dia 49 mm, et sont donc adaptés aux brancards métalliques que nous utilisons (tube chauffage 40-49).
Le montage-démontage et le réglage sont alors très rapides sur le porte-brancard du Bucher. NB : Un collier double coûte environ 5 €.


Brancards fixés sur le porte-brancard du porte-outils de maraîchage Bucher à l’aide de demi-colliers d’échafaudage, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)


Brancards fixés sur le porte-brancard du porte-outils de maraîchage Bucher à l’aide de demi-colliers d’échafaudage, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)

Double cintrage des brancards : Un des problème du Bucher est que le cheval (même en « Chevilatte », est relativement gêné pour faire un demi-tour court en bout de rangt. On tente de lui donner une certaine liberté en écartant les brancards des flancs par un double cintrage.


Double cintrage des brancards du porte-outils de maraîchage Bucher, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)


Double cintrage des brancards du porte-outils de maraîchage Bucher, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)

– Utilisation d’un « palonnier-porté » monté sur le harnais « Chevilatte ». Nous sommes de plus en plus convaincus de l’intérêt du « palonnier-porté » avec les chevaux de travail. Il s’agit ici de l’utiliser en attelage aux brancards donc avec un harnais muni d’un reculement (évidemment, un avaloire Grand Vallier) comme le « Chevilatte » (nous avions déjà fait un billet sur nos premiers essais, ici).


Palonnier-porté adapté sur un harnais « Chevilatte » pour atteler le porte-outils de maraîchage Bucher, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)


Palonnier-porté adapté sur un harnais « Chevilatte » pour atteler le porte-outils de maraîchage Bucher, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)

– Ajout de mortaises (de brancard) longues pour permettre l’action du palonnier en mode « Chevilatte » et aussi améliorer la liberté du cheval dans les demi-tours (voir nos essais précédents ici)


Mortaises longues pour garder l’effet « palonnier » sur le porte-outils de maraîchage Bucher, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)


Mortaises longues pour garder l’effet « palonnier » sur le porte-outils de maraîchage Bucher, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)


Mortaises longues pour garder l’effet « palonnier » sur le porte-outils de maraîchage Bucher, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)

Les modifications qui reste en projet :

– Réalisation d’un porte-brancards plus large, afin de permettre l’attelage déporté du cheval à l’axe exacte de la roue (il manque encore une dizaine de centimètres), et éventuellement placer les brancards en « V » inversés pour augmenter encore la liberté du cheval. Le porte-brancards d’origine fait une largeur de 965 mm, il faudrait l’allonger au moins à 1200 mm.


Porte-brancards large, pour permettre l’attelage déporté du cheval sur le porte-outils de maraîchage Bucher, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)

.

jeremy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


1 + = 6